Le magazine
Article

Quelle version de Chrome est utilisée pour le rendering Javascript ?

Google utilise une nouvelle version de Chrome pour le rendu des sites en Javascript

Google met à jour son algorithme très régulièrement, depuis peu on constate qu’il apporte des modifications sur le rendu des pages, notamment sur l’interprétation du Javascript.

 

Comment les moteurs de recherche traitent-ils le Javascript ?

Les moteurs de recherche téléchargent le fichier HTML d’une page web, extraient le contenu et l’analysent pour indexer puis classer les pages dans les SERPs. Avec l’apparition de nouveaux Frameworks utilisant du Javascript « complexe » (qui ont pour but d’améliorer les temps de chargement) les contenus ne sont plus intégrés dans le HTML, mais ils sont injectés après l’exécution de Js.

Les robots des moteurs de recherche lisent le fichier HTML pendant qu’ils téléchargent les fichiers Javascript, ils ne voient donc pas toutes les modifications qu’apportent les scripts Js. Cela peut poser problème si les balises SEO et le contenu sont gérés en Javascript et non en HTML.

Comment fonctionne le moteur de rendu de Google ?

Les crawlers comme Google ont dû s’adapter aux changements du Web et beaucoup ont mis en place une phase de « rendering » après la phase initiale qui ne s’intéresse qu’au HTML. Cette phase de rendu consiste à charger la page explorée dans un navigateur, et donc d’exécuter le Javascript. Il utilise le contenu trouvé sur la page rendue pour indexer une URL.

Durant ces dernières années, Google a utilisé une variante de Chrome v41 (sortie en 2015) pour le rendu des pages. Du fait que les développeurs Web utilisent de nouvelles technologies de développement, le moteur de rendering de Google était en retard sur certaines techniques et scripts qui sont mal pris en compte par cette version du navigateur et ne permet donc pas d’avoir un rendu exact des pages utilisant ces frameworks.

 

Quelle version de Chrome Google utilise-t-il pour le rendu Javascript des pages de votre site ?

DeepCrawl a mené une étude (parue le 15 Avril 2019) sur la version de Chrome que Google utiliserait actuellement pour le rendering des pages. Voici les résultats de ces études :

 

Pris en charge par Google :

AbortController – supporté en v66 – Avril 2018

BigInt – supporté dans la v67 – Mai 2018

array.flat – supporté dans v69 – Septembre 2018

 

Non supporté par Google :

navigator.bluetooth – supporté en v70 – Octobre 2018

Intl.relativeTimeFormat – supporté dans la v71 – Décembre 2018

Intl.ListFormat – supporté en v72 – Janvier 2019

string.matchAll – supporté dans v73 – Mars 2019 (version actuelle)

 

Il semblerait que Google utilise la v69 de son navigateur (Chrome), sortie en septembre 2018.

 

Google utilise encore l’ancienne version de son navigateur pour le rendu Js

Google utilise toujours l’ancienne version du moteur de rendu dans certains cas. En effet si on utilise les outils de Google suivant : Rich snippet testing tool, Mobile friendly tester ou encore Google Search Console URL inspector, on peut constater que certaines fonctionnalités qui n’étaient pas accessibles sur Chrome 41 ne sont pas prises en compte sur ces outils.

 

Le user-agent de Google a-t-il changé ?

Le « User Agent » que Google a envoyé avec ce nouveau moteur de rendu n’a pas changé, le moteur de rendu indique toujours au serveur qu’il s’agit de Chrome 41 :

Mozilla/5.0 (Linux ; Android 6.0.1 ; Nexus 5X Build/MMB29P) AppleWebKit/537.36 (KHTML, comme Gecko) Chrome/41.0.2272.96 Mobile Safari/537.36 (compatible ; Googlebot/2.1 ; +http://www.google.com/bot.html)

 

Quels changements pour les SEO ?

Si Google est le moteur de recherche que vos visiteurs utilisent le plus, veillez à mettre en place des technologies disponibles sur Chrome 69.

Cela consiste à donner aux robots une version finale de votre page, après interprétation des modifications Js. Si vous utilisez des technologies plus récentes qui ne sont pas supportées par Chrome 69, ce système de pré-rendering est indispensable pour que les robots analysent vos contenus gérés en Javascript.

Google communique de manière assez floue au sujet de la capacité de ses robots à interpréter le Javascript. Il est donc recommandé d’aider ces robots en proposant un rendu dynamique de vos pages.